Stationnement au Canada

stationnement-montreal-ouvre-donnees
17 Avr

Stationner son auto là ou il ne faut pas peut apporter de mauvaises surprises comme une contravention de plus de 40 $, comme c’est le cas à Montréal.

Et il n’est pas toujours facile de comprendre toutes les subtilités mises au point par les villes pour obtenir son impôt, alors il est fortement conseiller de bien lire les panneaux d’interdiction avant de se garer…

Voici quelques indications :

– Il est interdit de se garer dans le sens contraire du sens de circulation

– Il est interdit de se garer en tout temps devant une borne à incendie

– Les parcmètres ne sont généralement pas payants le dimanche matin uniquement

– Les heures d’utilisation peuvent varier selon les jours

– Même si il y a un parcmètre, vérifier qu’il n’y a pas une interdiction à une heure spécifique
(ex: interdit de 10h00 à 11h00 les mardis et jeudis)
Modes d’emploi

Insérez une pièce de monnaie à la fois. L’ajout de pièces prolonge le temps. L’affichage électronique indique le temps de stationnement payé. Les heures et les minutes sont séparées par « : ». Par exemple, 01:20 indique un temps de 1 h 20. Le parcomètre à mécanisme électronique accepte toutes les pièces de monnaie canadienne.

Vous cherchez un bon stationnement?

Attention aux rues « résidentielles », l’affichage est très compliqué. Si c’est écrit « Vignettes » sur les panneaux, n’y pensez même pas.

Sur certaines rues, il y a alternance côté gauche / côté droit, selon le jour de la semaine. Ces règles peuvent être saisonnières (par exemple, « d’octobre à mai »).

Sur d’autres rues, l’affichage change à tous les 20 mètres environ. Difficile de savoir dans quel type de section on se trouve.

S’il ne semble pas y avoir d’affichage, c’est louche. Cherchez l’affiche la plus proche.

Si personne n’est stationné sur ce côté de rue, posez-vous des questions.

Attention aussi aux espaces de stationnement « Corps diplomatique » au centre-ville.

Il y a des espaces marqués « Débarcadère », « Livraison seulement », « Arrêt d’autobus », « Taxi » ou « Stationnement 1 heure maximum ». Respectez-les sinon vous êtes bon pour le remorquage.

Évitez les bornes fontaines, évidemment. Attention, le trottoir n’est pas « marqué » ou peinturé, c’est à vous de comprendre que si y’a le machin rouge, c’est pas légal de s’y stationner.

Attention aux sorties de ruelles aussi, faut pas les obstruer.

Sur d’autres rues, c’est la loi du parcomètres , mais vous devrez revenir mettre de l’argent à toutes les 2 heures, ce qui n’est pas pratique.

Ça peut devenir tellement compliqué, même les québécois se font prendre, souvent.

Le mieux est de trouver un stationnement payant, mais là il faut avancer entre 8$ et 15$ par jour. Il y en a un peu partout au centre-ville.

Un truc qui fonctionne souvent, c’est de se stationner dans un gros stationnement de centre commercial. Attention, ça n’est pas toujours possible, dans certains cas ils ont des surveillants qui vérifient si vous vous dirigez vers la porte du centre ou dans une autre direction!

Par exemple, y’a la Place Versailles, sur le bord du métro Radisson. Gros stationnement de centre commercial, pas de problème à s’y installer longtemps.

Pour se stationner gratuitement, arrivez très tôt (avant 9h) et trouvez un boulevard (PAS une petite rue résidentielle), pas trop proche du centre-ville. Trouvez une section où il est possible de se stationner en ce jour de la semaine et il risque d’y avoir des places.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *